AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De retours dans une cage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: De retours dans une cage   Dim 8 Jan - 20:33

Là voilà de retours dans une cage de ce marché d'esclave. Il semblerait que la maîtresse précédente, cette Béatrice, n'est pas trop aimée ce qu'elle était. Faut dire que cette bête de sexe avait rapidement dégoûté la lycanne et qu'elle avait voulu tout faire pour pourrir la vie de Béatrice. Il y avait eu ce Jin qui avait été divertissant un moment, mais il avait lui aussi disparu dans la circulation. Résultat, Roxanne avait pris les nerfs et rapidement Béatrice avait bien vu qu'il n'y avait rien à faire de la lycanne. Elle avait peut-être au départ pensé pouvoir réussir, elle avait même en cours de route pensé avoir réussi, mais Roxanne lui avait rapidement montré que c'était elle et elle seule qui dirigeait la cadence. Ce qui ne plaisait pas à une maîtresse dont le seul objectif était de toute contrôler.

Assise au fond de sa cage de nouveau dans son accoutrement grotesque de vente qui lui déplaisait tant, Roxanne ne regardait même plus les passants, complètement isolés dans sa bulle. Le dos contre les barreaux du fond de la cage, une jambe étendue contre le sol et l'autre repliée pour appuyer son bras, la tête vers le sol, son visage était masqué par une cascade de cheveux roux. Son corps semblait décontracté, limite amorphe. La gamelle de nourriture était légèrement entamée et celle d'eau semblait ne pas avoir diminué d'une goutte. Roxanne mangeait et buvait peu, dans les heures où il n'y avait personne ou presque. Elle n'allait pas se donner en spectacle non plus.

Cette fois, elle n'était pas sous l'effet de l'aconit comme la première fois qu'on l'avait apportée ici. Des bracelets d'argent lui chauffaient les avant-bras et étaient reliés entre eux par une chaîne d'argent. Chacun d'entre eux était relié à un collier d'argent qui lui brûlait le cou. Et l'argent l'empêchait de prendre sa forme lycanthrope sous peine d'une douleur atroce... la gardant ainsi captive bien malgré elle. Quand Béatrice l'avait apporté ici, elle avait vêtu son esclave de manière à lui faire honneur. Son buste était couvert d'un corset rouge sang très suggestif et ses jambes étaient complètement dénudé jusqu'à la culotte qui lui permettait une certaine décence pour le marcher. On lui avait même laissé son sac d'équipement avec elle dans sa cage... verrouillée avec un dispositif que seule la personne l'achetant pourrait ouvrir bien évidemment. Mais au moins, ça la tenait tranquille.

Puis du mouvement se fit sentir autour de la cage, Roxanne releva doucement la tête pour fouiller les environs du regard. Elle avait été dans la résistance, elle avait été une soldate pour les humains, elle était vigilante et avait garder certaines bonnes habitudes. Le vendeur responsable d'elle semblait parler avec des gens, Roxanne rebaissa la tête en soupirant, se sentant comme une vulgaire chienne monstrueuse de cirque dont on faisait la présentation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Dim 8 Jan - 22:32

Son arrivée récente en ville lui laissait comme un goût d'amertume, au moins elle n'était pas sans le sous et leur toit semblait plaire à Kali, au moins elle était calme dans toute cette richesse, et ça, c'était déjà un bon début. Mais Galena semblait tourmentée, il fallait qu'elle se protège, qu'elle cherche une solution pour... Ce problème majeur, Kali avait tendance à toujours faire parler d'elle, entrer dans l'histoire, ce qui posait problème à la grande sœur. Elle avait donc décidé de s'entourer, histoire que la vie paraisse légèrement moins fade au petit démon qui se trouvait dans sa tête. Non pas qu'elle cherchait des jouets à empailler comme son chat, mais au moins pour la surveiller si jamais l'adulte qu'elle était ne gardait pas le contrôle parfait. Mais il était hors de question pour elle de confier ce lourd fardeau à quelqu'un... d'important. Elle devait trouver quelqu'un de suffisamment puissant pour la contrôler et en même temps peu important pour cette société.

C'est donc ainsi qu'elle se traina d'un pas peu convaincu à l'Agora, le marché des esclaves, elle n'en avait pas particulièrement envie, un servant n'était pas forcement une chose dont elle avait envie, pourtant elle en avait besoin, c'était éreintant entre son travail, les taches ménagères, le contrôle de Kali et tout le reste... Elle arpentait les pavés entre les différentes cages, notant au passage ce qu'elle voyait, entendait, sentait. Quelques esclaves se mirent à pleurnicher sur son passage, la priant de les faire sortir, elle s'arrêtait à chaque fois, les observant d'un œil critique, mais rapidement elle s'en détournait, sans sourciller. Non.. trop fragiles, trop gentils... Pleurnichards. Ce ne conviendrait pas, ils finiraient tués si jamais elle les ramenaient, et ce n'était pas à elle d'être clémente, elle avait beau être riche, elle ne pourrait jamais payer tous ces esclaves, il y en aurait toujours, et puis l'esclavagisme faisait partit de la société aujourd'hui, elle ne changerait pas l'histoire, acheter un esclave était déjà suffisamment difficile pour elle, alors changer l'histoire non merci.

Elle continua son chemin, son grande conviction. Toutes ces créatures étaient affaiblies, et de toutes manière bien trop faibles pour tenir le rôle que Galena avait à leur donner. A moins que... Dans une cage plus reculée que les autres, quelque chose attira son regard pointu. Des chaines, non pas celles qu'avaient tous les autres, mais des chaines massives, bien plus nombreuses que les autres, voila qui était bien plus intéressant. Se rapprochant doucement, ses yeux s'attardèrent sur la jeune femme ainsi enchainée, étrangement d'ailleurs, un coffre gisant non loin dans la cage. Elle semblait être solide, mais toutes ces chaines étaient-elle vraiment utiles ?

- Puis-je vous aider madame ?

Le vendeur s'était approché, un sourire cupide aux lèvres. Le regard de la jeune ange le refroidit bien rapidement un mélange de froideur et de dégoût clairement affiché. Cet homme n'était qu'un pion dans l'histoire, un homme cupide comme elle en avait tant vu. Il n'était pas intéressant, pourtant il détenait des informations qu'elle désirait.

- Pourquoi toute cette sécurité ? Est-elle dangereuse ?

Demanda-t-elle d'une voix vide, se penchant près de la cage pour mieux observer le regard qu'elle réussirait à capter de la jeune servante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Mar 10 Jan - 3:01

Le vendeur quelque peu intimidé par la réaction de l'ange ne comprenait pas vraiment cette dernière. Pourquoi affichait-elle ce dégoût si elle venait de son propre gré ici? Personne ne l'obligeait à venir acheter une esclave et si cela était si dégoûtant, alors elle n'avait qu'à quitter non? Et puis, si les gens ne voulaient pas d'esclave, on n'en vendrait pas, après, il ne faisait que gagner sa vie. Les vendeurs de vêtements avaient droit eux aussi à des mines de dégoûts de leur client envers leur profession? Mais bon, il devait bien vendre cette chienne un jour ou l'autre et il était décidé à la vendre, alors il allait faire le nécessaire pour convaincre cette ange de partir avec la jeune femme dans cette cage. Seulement, la question de l'ange le laissait mal à l'aise, car la réponse décourageait souvent les acheteurs potentiels qui venaient le voir.

« Et bien... dangereuse est un grand mot madame... disons qu'il s'agit dans le cas présent de prudence tout simplement. Cette chienne était membre de ses insurgés qui veulent détruire les maîtres et elle a déjà eu des affrontements avec quelques-uns de mes collèges... mieux vaut ne pas prendre de risque. Mais je n'ai nul doute qu'une femme de votre genre n'aura pas de difficulté à la remettre sur le droit chemin si nécessaire. C'est pas tout les jours qu'un peut avoir une lycanne comme toutou personnel après tout. »

Il n'avait pas mentionné le fait qu'on l'avait retourné suite à quelques petits problèmes. C'était trop décourageant et il voulait l'écouler au final. Mieux valait taire ce qui n'était pas nécessaire d'être su. Et puis bon, personne ne le dirait avant que la transaction soit terminée, alors il n'y avait pas de problème. Après, ce serait à la maîtresse de voir ce qu'elle faisait de son achat. Entravée de toutes ses chaînes d'argent, la lycanne ne pourrait pas être problématique pour le moment, alors il n'allait pas se gêner de faire le nécessaire pour qu'elle parte enfin de son commerce. Elle commençait à le décourager.

Quant à Roxanne, elle écoutait le baratin de l'homme avec un sourire amusé aux lèvres. Elle finit par relever la tête pour regarder, toujours assise au fond de la cage de manière amorphe. Ses cheveux glissèrent sur le côté de sa tête, libérant son visage. Son regard sauvage et farouche croisa ceux de l'ange qui contrastait par la quiétude et le calme. Roxanne fixa les yeux de l'ange malgré son malaise, refusant d'avouer une quelconque faiblesse en détournant les yeux. Elle avait été une soldate et elle n'était pas n'importe quelle petite esclave qu'on prenait en jetant quand on avait terminé.


« Un peu de respect, baisse les yeux! » Le vendeur poussa la cage du pied pour faire détourner la tête de la lycanne. « Désolé, elle est un peu rebelle, mais ce ne devrait pas être trop problématique. D'ailleurs, son prix est une aubaine, tout le matériel qu'elle avait avant sa capture vient avec elle dans ce sac. Bien évidemment, il n'y aura que vous qui aurez le nécessaire pour ouvrir ce dernier. Après tout, elle n'est qu'une chienne sans éducation, elle n'a besoin que d'un petit dressage et elle sera parfaite pour satisfaire les tâches que vous lui donnerez... ou vous satisfaire tout court si c'est ce que vous recherchez. »

Roxanne eut un éclat de rire qui ne dura pas et qui s'accompagna d'un petit râle douloureux de par ses entraves en argent qui la torturait depuis trop longtemps. Son regard fusillant le vendeur avec toutes les envies meurtrières du monde, on voyait pourquoi elle était autant enchaîner. Elle n'avait pas ce regard des gens qui menaçait sans conséquence, non, elle avait ce regard des gens qui savaient ce qu'ils voulaient et qui le feraient. D'ailleurs, le vendeur eut un frisson devant ce regard, avant de rapporter son attention sur l'ange.

« De plus, au vu de son habillement présent, vous voyez bien qu'il n'y a aucun défaut caché sur elle, son corps est agréable et ne cache absolument rien par des vêtements trompeurs. »

Roxanne se releva. Elle faillit manquer d'équilibre, s'appuyant sur la cage en arrière pour rester sur ses pieds. Sa tête tournait et elle regarda brièvement le bol d'eau qui n'avait pas diminuer et le bol de nourriture à peine entamé. Son corps se déshydratait et manquait de nourriture, ce qui l'étourdissait et la rendait quelque peu affaiblie. Mais, elle ne se comporterait pas en chienne, ça non, elle ne mangerait pas dans cette gamelle. Elle avança doucement, prenant le temps de reprendre son équilibre et approcha des barreaux de la cage où se trouvait l'ange et le vendeur. Elle attrapa le vendeur qui se concentrait sur l'ange et le colla au barreau en murmurant dans un râle.

« Continue de me traiter en bête de cirque et je te réduis à néant... je ne suis pas une chienne... mais je peux mordre si tu veux savoir. »

Le vendeur se défit de son étreinte sans grande force au vu de son état et la repoussa énergiquement. Roxanne buta et s'effondra sur le sol de la cage, son dos en appui contre le mur. La tête à nouveau baisser pour regarder le sol, elle replongea de nouveau son regard dans celui de l'ange après quelques minutes, toujours troublées par ce regard si neutre et si... calme. Son visage était clair, elle ne demanderait aucune pitié, aucune merci et elle ne la supplierait pas de la sortir de cette cage. Roxanne avait sa dignité et elle ne la perdrait pas pour sortir de cette cage. Son regard déterminer et valeureux laissait pourtant voir le malaise que les yeux de l'ange lui donnaient. Elle n'était pas comme les maîtres habituels qui passaient. Son regard l'hypnotisait, l'aspirait... mais elle n'aimait pas plus l'idée d'être sous la servitude de personne pour autant. Silencieuse, elle attendait, analysait, toujours incapable de détourner les yeux, se refusant de se montrer faible, peu importe les traitements de ce vendeur.


Dernière édition par Roxanne Zwaniellsa le Mer 11 Jan - 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Mar 10 Jan - 13:11

Le petit manège du vendeur n'amusa pas particulièrement Galena, et pour cause, la simple idée de donner son argent ainsi la rebutait. Non pas qu'elle eut été avare, loin de là, mais l'argent était le nerf de la guerre, et cet homme ayant un rôle dans cette guerre, le simple fait de l’alimenter lui était difficile. Mais elle avait besoin d'une personne, c'était nécessaire. C'est sans doute la seule raison pour laquelle elle était venue ici, ni pour entendre les arguments vendeurs et préfabriqués du vendeur, ni pour voir les cuisses de la jeune femme, qu'elle avait pourtant de très jolies.

Le petit spectacle que lui offrait le vendeur n'était pas à son goût et à vrai dire, elle décrocha son attention après le mot "insurgé", notant tout de même le terme de lycanne dans son esprit. Son regard finit par croiser celui de la prisonnière, un regard digne et hargneux, plein de fougue. Un regard très lourd et peu comparable aux supplications faiblardes des autres. Voila un regard qu'elle appréciait et à la fois qu'elle n'aimait pas, elle n'aurait su l'expliquer, sans doute qu'elle même aurait aimé avoir ainsi un but louable dans sa vie. Un coup de pied dans la cage lui arracha un soupir fatigué, ne pouvait-il pas se mêler de ce qui le regardait ? Elle ne lui avait pas sauté à la gorge, il n'y avait donc aucune raison de la secouer ainsi alors qu'elle exécutait ce que l'ange désirait, même si c'était contre la vision "normale" de l'achat d'un esclave. Il venta alors le coté attractif de l'offre, les options, l'état de la "marchandise", que des choses peu importantes pour la jeune femme qui ne s'intéressait pas vraiment aux à cotés. Elle perçut cependant une silhouette se redresser difficilement, comprenant qu'il s'agissait de la créature enchainée. Voila qui devenait enfin intéressant, sa volonté était impressionnante, et sans même lui adresser un regard elle pouvait sentir la haine émaner. Une main passa rapidement, agrippant le vendeur qui s'écrasa sur les barreaux alors que le seul effet sur la jeune ange fut de rehausser ses cheveux fins dans un bref courant d'air, détournant son regard vers la petite scène, mais sans plus d'émotion ou d'intérêt de sauver l'homme. Il finit par la repousser violemment, la laissant heurter les barreaux dans un tintement répugnant.

Galena resta silencieuse quelques instant avant de prendre enfin la parole.

- Si vous désirez que je la prenne, je vous prierai de ne pas l'abimer entre temps. Je pense que les marques à son cou et ses poignets sont amplement suffisants comme dégâts.

Puis, retournant son attention sur la jeune fille, elle s'accroupit, voilant ses jambes et sa posture peu élégante de son manteau ample, se mettant ainsi à la même hauteur qu'elle.

- Donc... Pour résumer et si j'ai bien compris... Elle peut faire preuve de puissance et n'aurait aucun remord à dégrader son maitre...

Son regard c'était replongé dans les yeux fatigués de la créature qui retenait son attention, il était plus flamboyant cette fois, comme enfin parcouru d'un intérêt certain. Elle finit par offrir un sourire soulagé et apaisé face à la jeune femme si sombre, lui adressant enfin la parole.

- Dis moi... Que désires tu plus que tout au monde ? Et jusqu'où irais-tu pour y parvenir ?

En réalité, elle aurait pu lui dire tout et n'importe quoi ça lui était égal, elle, ce qu'elle voulait voir était la volonté de cette jeune femme, mentirait-elle pour sortir ? La menacerait-elle ? Douterait-elle ? Chacune de ces réponses seraient très importante à ses oreilles, et elle aurait tout le temps nécessaire pour apprendre son passé, ce qui l'intéressait était ce qu'elle comptait faire des pages blanches de ce livre.

Elle ne bougea plus, patientant jusqu'à la réponse, pour elle le temps n'avait pas d'importance, le vendeur avait disparût de son univers, il essayait encore de démentir les premiers propos de Galena et de répondre approximativement à la question qui ne lui était même pas adressée. Les démons étaient-ils tous comme ça ici ? A se mêler de ce qui ne les regardaient pas ? C'était bien triste. Galena tira un petit carnet de son vêtement et un stylo, notant ce qu'elle voyait du vendeur, ses remarques, ses rictus gênés avant de reporter son attention sur la femme, attendant sa réponse la plume posée sur la page blanche, ayant laissé un espace pour son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Mer 11 Jan - 2:37

Elle eut un sourire quand l'ange remit le vendeur à sa place en lui disant de ne pas l'abîmer s'il voulait qu'elle parte avec elle. Roxanne savait ce que cela voulait dire, car tous les autres maîtres ayant passé avaient déjà quitté à ce moment devant la montagne d'ennui qu'elle était. En plus que c'était la première fois qu'elle s'attaquait directement à l'imbécile qui la maintenait prisonnière et elle continuait de l'évaluer. Son sourire n'était pas moqueur ou mauvais. C'était un sourire de dégoût et de frustration. Des sentiments qu'elle s'inspirait à elle-même. Était-elle aussi déplorable qu'on pensait qu'on devait lui faire attention? Donnait-elle une si grande impression de faiblesse et de fragilité? Sous ces pensées, la lycanne se dégoûta elle-même. Elle se sentait comme ces gens qu'elle haïssait tant... ces gens qui se laissaient abattre et qui tentait de se faire relever par la pitié qu'ils inspiraient. Roxanne pouvait se relever toute seule, elle n'avait pas besoin de pitié! Elle n'était pas comme ces délicats de maîtres et de maîtresses qui se brisaient à rien, elle n'était pas en porcelaine, elle n'avait pas besoin qu'on la ménage et qu'on fasse 'attention à elle'.

Elle continua de regarder l'ange qui s'accroupit devant elle. Que cherchait-elle? Ne la voyait-elle pas? Elle, la misérable chienne dans la cage, la pitoyable lycanne aux entraves d'argent qui la rendait ridicule. Elle, la soldate qui avait chuté, elle la combattante qui avait été décimée, elle la fureur sauvage de la louve maintenant enchaîner comme un toutou de garde pour maison. Les yeux de l'ange lui faisaient ressasser des choses qu'elle tentait de garder au plus profond d'elle. La colère de voir des yeux aussi neutres montait en elle. Ne pouvait-elle pas se réjouir de son état ou s'en dégoûter? Comment rester aussi impassible! Roxanne retint une larme qui voulait tomber en pensant à sa gloire d'antan. Elle avait été parmi les membres importants de son clan d'insurgés, elle avait été chef d'équipe d'assaut contre ses saloperies d'esclavagistes, elle avait été bourreau qui torturait les ennemis en échange d'information, elle avait été la psychologue qui trompait les imbéciles pour mieux les apporter à leur mort.

Mais là, en ce moment, elle sentait le fardeau de son échec sur ses épaules. Elle avait cette même sensation que la journée où elle avait été mordue. Cette journée où elle torturait le lycan pour qu'il parle, cette journée où elle avait eu trop confiance en elle à devenir insouciante... la journée où son erreur avait été fatidique. Et depuis ce temps, elle vivait avec la lycanthropie en elle, une maladie incurable qui s'était répandue dans ses veines pour prendre possession d'elle sans sa permission. Elle pencha doucement la tête pour voiler son visage de ses cheveux à nouveau, le temps d'essuyer la larme qu'elle retenait, braquant ensuite de nouveau un regard déterminer et dont la morsure était aussi froide que l'acier. C'était une combattante et elle n'allait pas se gêner de le montrer à cette ange. Derrière son allure, elle devait certainement cacher quelque chose, elle ne pouvait pas être aussi... déconnectée... c'était impossible.

Quand elle résuma la situation, Roxanne s'adossa de nouveau contre le mur du fond de la cage en reprenant son analyse du sol, les yeux de nouveau devant son visage. Un soupir se fit entendre. L'ange s'amusait-elle ou comptait-elle l'acheter pour vrai? Ce n'était pas assez clair ce qu'elle était? Quand elle regarda à nouveau l'ange devant le silence, elle constata le sourire soulagé et apaisé. Elle resta frappée de stupeur. Qu'est-ce que voulait dire ce sourire? C'était... Roxanne était paralysée d'incompréhension. Ce regard semblait autant réconfortant qu'écoeurant. Comme si c'était sa mère qui tentait de la rassurer. La question qui lui fut posée la troubla d'autant plus. En quoi son avis importait? Pourquoi voulait-elle savoir cela? C'était pareil comme si on demandait au cochon ce qu'il voulait manger avant l'abattoir quant à elle. L'intérêt affiché dans les yeux de son interlocutrice changeait de la platitude d'avant. Roxanne était muette, son esprit ne sachant pas trop comment réagir.


« Je... je... » Roxanne avala, frustrant de son bégaiement qu'elle n'avait jamais eu avant. Elle devait vraiment être déplorable. « Jamais je ne me suis demandé... j'imagine... mon instinct m'a toujours guidé... comme une louve j'écoutais mon instinct et mon ressenti... je laissais les lois naturelles guider mes actions... c'est... la question ne m'a jamais paru essentielle... »

Roxanne n'avait jamais philosophé sur ce point, n'avait jamais jugé nécessaire de réfléchir à tout cela. Elle savait que la vie l'apportait quelque part, qu'elle avait une vie à remplir et qu'elle avait sa raison d'être. Mais elle n'était pas stupide non plus, elle savait qu'on ne pouvait pas tout mettre sur le compte de la vie et du destin. En fait, Roxanne voyait la vie comme une épée. Le destin voulait que le métal devienne une épée et le destin voulait que la qualité du métal utilisé soit telle qu'elle était, mais après c'était au forgeron de forger la lame avec son talent... et donc c'était à chaque personne de forger le fils de leur vie. Juste que voilà, Roxanne était très instinctive... encore plus depuis sa lycanthropie. Mais au fond... que voulait-elle? Sauver les esclaves. Oui. Détruire les maîtres. Oui. Protéger son clan. Oui. Apporter un idéal de justice et de bien-être dans le monde. Oui. Réussir à ne pas gaspiller sa vie et s'accomplir pleinement. Oui. Réussir l'impossible. Oui. Mais tout cela, ce n'était que... choses parmi tant d'autres. Que voulait-elle vraiment? Roxanne ne pouvait pas dire. Elle ne voulait rien pour elle, mais elle voulait tout pour ceux qu'elle tentait de sauver et protéger. Face à elle-même, la vie de Roxanne était un néant. Face aux opprimés et aux faibles dont elle se faisait le bouclier impénétrable et inébranlable, sa vie était la fusion de toute chose en ce monde. Pourtant, Roxanne avait toujours aimé être une ombre. Elle aimait laisser les autres profiter de ses accomplissements. Quand elle faisait un bon coup, elle l'attribuait à autrui et s'éclipsait dans le noir de l'oublie. Être sous les projecteurs lui était insupportable et l'indisposait.

« Je veux accomplir ce que la louve alpha dans une meute de loups réussit si bien. Je veux protéger ma meute, l'apporter à sa survie et lui assurer le meilleur qui soit avec toute la grandeur qu'elle peut mérité. Je veux conduire ceux en devenir vers les actions qui leur feront porter les coups de hache nécessaire à l'amélioration de ce qui est. Je veux faire grandir et rendre prospère ceux qui méritent d'être dans une meute solide et unie, en laissant l'Alpha à la tête de la meute briller d'éloge et de gloire. Je préfère rester une ombre incorruptible qui garde une vision d'ensemble des choses. »

C'était le plus honnête qu'elle pouvait dire. Pourquoi le disait-elle et faisait-elle preuve d'honnêteté envers celle qui allait sûrement l'acheter pour l'enchaîner à son tour? Elle n'en savait rien. Le regard de l'ange la troublait et faisait dérailler son esprit sans qu'elle puisse dire pourquoi.

« Et pour y parvenir, je ferai ce qui doit être fait. Les fascistes oublient la considération des individus, les socialistes oublient les limites humaines et morales et matérielles. Si une journée je me dois d'être fasciste pour pouvoir devenir socialiste le lendemain, alors soit, il sera ainsi. Sacrifice, choix, don de soi, méthode radicale, manière méthodique et efficace ou bien longue attente compassionnelle de soutien... tout cela doit être fait quand il se doit d'être fait. Et peu importe ce qui doit être fait, il faut savoir agir et prendre à la vie ce que l'on veut sans flancher. »

Elle regarda le vendeur avec haine et dégoût.

« Même si cela implique de faire couler le sang et prendre la vie qui doit être si religieusement vénérée. »

Puis, elle regarda ses bracelets et son collier... et les chaînes... et elle accota de nouveau son menton contre sa poitrine en regardant le plancher. Elle reprenait conscience de la cage, des deux gamelles, de son echec, de sa honte... de son impuissance. D'un puissant coup de pied, elle fit voler la gamelle d'eau et de nourriture, répandant le contenu partout sur le sol à travers le grillage de la cage. Elle n'avait pas éclaboussé ni le vendeur ni l'ange d'aucun des deux contenants. De nouveau cachée par ses cheveux, Roxanne retenait les larmes qui brûlaient ses yeux et la colère qui voulait la transformer en lycanne pour tout détruire. Elle était coincée, dépouillée de sa nature véritable de louve et incapable de faire quoi que ce soit. Elle était inutile, pitoyable et pathétique. Elle était faible, impuissante, elle était indigne de tout ce qu'elle avait toujours cherché à être.

[Je sais que c'est long, j'espère que ça aura pas été trop ennuyant, mais faut croire que ta réponse m'a inspirée Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Mer 11 Jan - 13:48

[Lol, j'ai trop honte de mes réponses, du coup ça me rassure un minimum XD]

Cette jeune femme était bel et bien expressive, Galena y voyait une forme d'histoire passionnante, rien qu'en décryptant ses mouvements, ou du moins ce qu'elle pouvait en voir. Une force incroyable émanait de cette fille, pas forcement physique, quoi que pour une lycane aux prises de l'argent, elle se mouvait très bien, mais sa psychologie était bien présente, son moral quoi que vacillant autant que ses yeux devait pouvoir être raffermit pour effectuer de grandes chose. Seule chose qui déplut à l'ange, sa volonté de rester dans l'ombre. Cela ne lui convenait guère, elle qui aurait eut tant de pages à son livre ne pouvait citer cette femme si jamais elle parvenait à son but. Mais cela s'apprendrait, si elle devenait sa "maitresse", elle pourrait négocier cette chance. Ou du moins voir comment s'en accommoder. Son regard s'assombrit un instant en y repensant, oui, si cette femme voulait accomplir ce pourquoi elle vivait, il était hors de question que tout ceci passe sous silence, les générations futures devaient pouvoir connaitre la vérité. Humains, démons, anges et tous les autres avaient le droit de connaitre les origines de leur civilisation.

- Bien...

Se contenta-t-elle de répondre en se redressant, elle pouvait convenir, pas tout de suite certes, mais tout travail bien fait passait par une formation, un temps d'adaptation. Et cette jeune lycanthrope n'y ferait pas exception. Galena la dévisagea encore quelques instants avant de noter quelques détails dans son carnet puis, lentement, elle reporta son attention sur le vendeur. Cet homme qui semblait inspirer plus de dégoût qu'elle même. Au fond elles ne devaient pas avoir les même raisons de le détester, pour sa part, Galena gardait ses distance surtout parce qu'il était un homme, un pion qui plus est. Il représentait une bonne partie des choses qu'elle fuyait. Elle ne s'attarderait pas, rien que de sentir sa présence dans son dos durant quelques minutes avait épuisé sa patience.

- Combien ?

Demanda-t-elle de sa voix légèrement éprouvée et fatiguée. Le vendeur lui offrit son plus beau sourire, aussi charismatique qu'une loutre édentée, la guidant vers son pupitre de compte. Il lui annonça le prix, ce n'était pas cher payé pour un esclave, mais très cher pour Galena et sa manie de refuser cette participation à la guerre. Elle lui lâcha nonchalamment l'argent, préférant ne pas remuer le couteau dans la plaie en hésitant, bien que son pincement de lèvre fut caractéristique d'une femme faisant une erreur. Tous deux revinrent près de la cage et, empoignant les chaines, il les détacha, ramenant tout en une seule grosse chaine qu'il offrit à Galena avec une petite courbette. La jeune femme ne patienta pas beaucoup et à peine la porte de la cage fut-elle ouverte, le vendeur partit se cacher un peu plus loin, faisant mine de s'occuper de ses autres prisons. L'ange relâcha doucement son emprise sur la chaine qui la reliait au collier de la Lycane, mais persistait à la tenir fermement malgré le mou offert. Elle finit par répondre.

- Navrée, mais il est préférable que je ne vous défasse pas de vos liens d'ici la demeure, si j'ai bien compris vous auriez tôt fait de faire des dégâts... Je ne vous les enlèverais qu'arrivées à la maison. Désolée.

Son excuse était sincère, il devait-être très désagréable de se promener avec ce genre de parure, aux yeux de tous, lacérant la nuques et les poignets. Mais elle préférait que l'histoire ne prenne pas encore de tournure dramatique, elles devaient parler tout d’abord avant de jouer avec le destin. Elle désigna enfin le coffre dans lequel les affaires de la jeune servante étaient scellés.

- Pourriez vous le prendre ? Je ne pense pas avoir les capacités physiques pour en prendre soin. Sinon je repasserai le chercher plus tard.

Elle était très succincte, mais pas hautaine, juste... fatiguée et préoccupée par le geste qu'elle accomplissait. Elle fit signe a la jeune femme de sortir, un mouvement lent du bras découvrant légèrement la tsuka de son sabre.

- Allons y voulez vous ? Ce n'est pas très loin en théorie, mais peut-être devrions nous passer par les endroits moins fréquentés ?

De deux choses l'une, elle détestait être aperçue, et se promener ainsi avec une servante enchainée comme un démon ne servirait pas beaucoup cette manie, et d'autre part, la servante semblait avoir un goût prononcé pour l'honneur, Galena n'avait pas beaucoup d'efforts à produire pour lui éviter un peu plus d'humiliation que ce qu'elle avait déjà dû subir. Passer par la grande rue n'était pas plus productif que faire ce détour... Alors pourquoi ne pas choisir le plus agréable ?

Attendant la réponse de la jeune fille, l'ange ne se relâchait pas pour autant, tant qu'elle n'avait pas atteint le manoir, il ne fallait pas qu'elle soit naïve ou même manquer d'attention. Elle était parée à toute éventualité même si sa main n'était pas sur son arme, elle guettait un geste suspect, une tentative d'évasion, une folie violente. On est jamais trop prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: De retours dans une cage   Jeu 12 Jan - 3:08

- Combien ?

Roxanne resta abasourdie quelques secondes avant de finalement laisser échapper un rire plutôt faible et sans grand enthousiasme. Cette ange l'achetait... elle? Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait, Dieu du ciel. Une nouvelle maîtresse alors... Roxanne semblait douée pour tomber sur des femmes. Quoique... dans sa tenue, un homme ne s'intéresserait qu'à elle pour en faire une esclave sexuelle et cela ne l'enchantait pas. En même temps, la dernière femme qui l'avait acheté avec fait exactement ça. Roxanne ne fit même pas l'effort de se relever ou de bouger, restant au fond de la cage semi-recroquevillé sur elle-même. Le rire avait fait un rictus de frustration sur le visage du vendeur, mais Roxanne n'en avait tellement rien à faire en ce moment. À quel prix ce vendeur la vendait-elle? Même elle l'ignorait. Elle ne doutait pas que c'était une vraie aubaine néanmoins, il ne pouvait pas la vendre très cher avec toutes les complications qu'elle apportait. Pendant un moment elle fut livrée à elle-même dans la cage pour se faire à l'idée qu'on l'achetait... temps que l'ange règle la note avec l'homme que Roxanne voudrait bien étriper si elle en avait la chance. Mais, elle ne pourrait pas, pas avec ses entraves, c'était certain.

Puis, les deux individus revinrent à la cage et Roxanne toisa le vendeur avec une attitude désinvolte et très certainement désagréable pour celui-ci. Il s'occupa de ses chaînes en vitesse en prenant soins de ne pas s'exposer à sa captive pour ne pas qu'elle saisisse l'occasion de lui faire sa fête sans qu'il ne puisse espérer de renfort. Il tendit le tout à la nouvelle maîtresse, lui tendit la clé nécessaire pour ouvrir le sac de la lycanne et partit plus loin sans demander son reste pour d’occupé de ses autres esclaves. Doucement, Roxanne se releva, prenant le temps de garder son équilibre et de se sentir en pleine possession de ses moyens, pour finalement se redresser de toute sa hauteur dans la cage avec l'allure d'une guerrière sachant qu'elle était la terreur à venir. Ses jambes dénudées ne parvenaient pas à cacher l'effort pour rester debout par contre, ses muscles tendus et gonflant délicieusement la peau de la jeune femme. Elle n'était pas une montagne de muscle, mais elle était bien ciselée. Son corset qui laissait ses épaules à nu, ainsi que le dos à cause des lacets comme pourrait le voir bientôt l'ange, ne la protégea donc en rien du collier d'argent qui s'appuya lourdement sur ses épaules en la brûlant cruellement. Au moins, sa nouvelle maîtresse ne la tirait pas avec la chaîne, ce qui était une très bonne chose. Peut-être ne serait-elle pas si mauvaise et que Roxanne ne lui ferait pas la vie si dure... mais bon... elle en doutait. Les maîtresses pouvaient être sournoises et cacher leur jeu.


« Je ne me faisais pas de faux espoirs. »

Ce fut sa réponse à l'excuse de l'ange. Les excuses étaient pour Roxanne inutile... ou presque. S'excuser ne changeait pas le problème, ne le réparait pas et ne témoignait pas de volonté à y remédier. S'excuser témoignait soit d'un aveuglement sur ses fautes en espérant avoir la bénédiction de l'autre pour savoir que la faute était acceptable ou bien d'une hypocrisie nullement sincère. Dans le cas de l'ange, elle se doutait qu'il s'agissait de la première option. Mais bon, elle n'allait pas non plus en faire un plat, elle ne s'aidait pas beaucoup avec son attitude pour qu'on la relâche aussi. Et puis, depuis le temps qu'elle y était enfermée, quelques heures de plus ne seraient pas dramatiques. Son regard pourtant n'était pas arrogant ou provocateur, non, c'était le regard d'une personne qui voyait se répéter un scénario qu'elle avait déjà trop vu et qu'elle comprenait que trop bien à son plus grand malheur. C'était pourtant hors de question pour Roxanne d'envisager de s'apitoyer sur cela.

Puis, sa maîtresse désigna le sac que Roxanne n'était pas pour laisser là. Ce sac voyageait avec elle et elle ne laissait personne d'autre qu'elle l'avoir en sa possession. D'ailleurs, elle comptait bien s'organiser pour que ce sac soit déverrouillé et qu'elle en soit la seule gardienne. Et sur ce point, elle était prête à entrer en guerre avec l'ange si elle lui refusait, ce qui n'était pas souhaitable pour celle-ci. Mais, pour le moment, elle se gardait bien de le dire, sachant que c'était dérisoire de commencer le débat en pleine place publique ici. Elle se pencha donc pour attraper les ganses de ce sac de modèle sport et l'envoya sur son épaule dans un râle pour le traîner avec elle. Pas besoin d'ajouter quoi que ce soit selon elle, cette femme devait comprendre en la voyant le porter qu'elle n'allait pas le laisser ici. Le sac en lui-même n'était pas si lourd... mais en même temps, c'est vrai que la femme semblait un peu fatiguée et n'était visiblement pas une guerrière à temps plein non plus. Roxanne ne doutait pas qu'elle pouvait se défendre, encore moins en voyant son sabre, mais il restait qu'elle ne semblait pas avoir la constitution d'une personne passant sa vie à se battre.

Alors que la lycanne sortait de la cage, l'ange lui posa une question qui la surprit de nouveau. Voulait-elle passer par les endroits moins fréquentés? Bien évidemment. Dans son état, elle ne tenait pas à devenir la bête de cirque populaire dans la rue. Mais encore une fois, Roxanne se demandait pourquoi on demandait son avis. N'était-elle pas juste une esclave... une chienne? Alors à quoi importait son avis? Son regard se fit méfiant bien malgré elle, car elle commençait à se demander si la 'gentillesse' de sa nouvelle maîtresse ne cachait pas quelque chose. C'est vrai que ce n'était pas forcément pour cacher quelque chose que les gens étaient gentils... mais Roxanne était méfiante de nature et encore plus depuis qu'on l'avait réduit en esclave. Une fois sortit de la cage, Roxanne renifla l'air un peu à la manière d'une louve, le tout assez discrètement néanmoins, un tic qu'elle avait développé. Profitant du peu de lousse qu'elle avait, le faisant de manière calme et lente pour montrer qu'elle ne faisait rien d'hostile, la jeune femme se gratta discrètement. Ces vêtements commençaient à devenir inconfortables et irritants. Et fallait dire que Roxanne avait toujours eu un habillement de 'soldat', alors des habits chic... ce n’était pas son genre... encore moins ce foutu corset qui lui enserrait le buste pour mettre le plus possible sa poitrine et ses courbes en valeur.


« Je préférerais éviter de me montrer oui. »

Sa voix était un lambeau de honte et de dégoût d'elle-même qu'elle ne pouvait pas cacher. Son regard fuyant ne pouvait pas supporter un autre regard. Prenant une grande inspiration, Roxanne tenta de se convaincre que les choses redeviendraient honorables pour elle... elle l'espérait.

[Je te laisse continuer le nouveau sujet à ton manoir Smile et tu n'a pas de honte à avoir, si jamais tes réponses ne m'avait pas plu, je te l'aurait dit. Continue comme ça et je RP avec toi jusqu'à la fermeture du fofo Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retours dans une cage   

Revenir en haut Aller en bas
 
De retours dans une cage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'oiseau dans sa cage d'Or
» « L’oiseau en cage rêvera des nuages. » [Safira]
» Tous des sauvages, des sauvages !
» Deux loups, deux Feuilles
» Margot de Soltariel [Duchesse de Soltariel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hikutsu Tai Nushi 2.0 :: RP's archivés-
Sauter vers: